DE L'ANNONCE DE LA FIN DE LA SUPERETTE AUX PREMIERS ESSAIS DE RECONVERSION

En 2016, le gérant de la supérette de Bellefontaine annonce sa volonté d’arrêter son activité. Saisie du dossier, l’Agence de développement local (ADL) des communes de Tintigny-Habay a multiplié les pistes pour assurer la reconversion de la surface commerciale. Dans le but de trouver un repreneur potentiel, l’ADL a lancé une grande enquête auprès des clients du magasin mais, aussi auprès des habitants de la commune pour connaitre leurs rêves, leurs souhaits pour le futur de la surface. L’enquête fut complétée par plus de 370 personnes dont 80% sont des clients réguliers du magasin. Elle a permis de réaliser plusieurs constats qui vont tous dans le même sens: les habitants ont pris conscience des désagréments qu’allaient entraîner la perte du commerce dans leur village ! Le résultat d’une question de l’enquête a plus particulièrement surpris: plus d’un tiers des répondants se sont dit intéressés à participer financièrement si un projet citoyen devait voir le jour. Début 2017, plusieurs candidats repreneurs se sont manifestés mais aucun d’entre eux n’a pu obtenir son crédit bancaire.

d22a5cdc-b12f-4753-8c96-9b71dbc34bad_ori
reunion preparation.jpeg

LA PISTE «CITOYENNE» REACTIVEE

Ne voyant plus de repreneurs « classiques » en course, l’ADL a décidé d’étudier la faisabilité de mettre en place un projet citoyen. Deux réunions citoyennes ont été organisées pour présenter le modèle entrepreneurial coopératif et ainsi vérifier la volonté des Bellifontains de se mobiliser. A cette fin, l’ADL a fait appel à Pierre-Alexis Roland, administrateur délégué de la coopérative Prométhique. Il a décidé de partager son expérience en se lançant dans l’accompagnement de ce type de projet. A la suite de ces réunions, un « noyau dur » de citoyens s’est investi dans la construction du projet.

DE LA CONSTRUCTION DU PROJET A LA CREATION DE LA COOPERATIVE

Comment créer une coopérative citoyenne, un modèle alternatif d’entrepreneuriat en faveur d’un mode de vie locale ? Comment faire revivre l’épicerie du village ? Il faut une bonne dose de rêve, de travail, de temps, de volonté et beaucoup de réunions. Concrètement, les citoyens ont dû réfléchir à la structure et son fonctionnement, ainsi qu'à la construction d’un plan financier. Par ses contacts au sein des organismes bancaires alternatifs, Pierre-Alexis Roland a été précieux pour mener à bien ce projet. Des visites de structures coopératives actives dans le commerce local ont été organisées : Beescoop à Schaerbeek, Bee O village à Ittre et Agricovert à Gembloux. Riches de ces enseignements, le « noyau dur » a pu structurer le projet autour de deux axes distincts : le développement d’un commerce d’alimentation générale faisant la part belle aux productions locales, au bio, au vrac et développer un petit centre d’affaires composé d’espaces à louer pour des entreprises locales de services. Vu l’ampleur des tâches à réaliser pour mettre la structure sur pied, le boulot a été réparti en différents groupes de travail dont la plupart sont toujours actifs aujourd’hui. Ce mode de fonctionnement a permis d’élargir le groupe à de nouvelles personnes prêtes à s’investir. La première concrétisation du projet est la création de la coopérative le 9 mars 2018.

photo ag.jpeg
cdv recrutement coopérateur.jpeg

DE LA RECHERCHE DE NOUVEAUX COOPERATEURS A L'ACHAT DU BATIMENT

Pour financer l’achat du bâtiment, il était nécessaire d’atteindre un montant minimum de parts levées. La création de la coopérative n’était que le début du projet. En quelques mois seulement, la coopérative a atteint l’objectif financier de départ. Coeur de Village a pu rassembler suffisamment d’épargne des coopérateurs pour valider l’achat. En date du 23 juin 2018, la coopérative a tenu une assemblée générale extraordinaire pour valider la décision d’achat. Le montage financier du projet a pu être bouclé fin 2018 après une seconde assemblée générale extraordinaire (le 5 septembre) afin de procéder à quelques modifications des statuts sur demande des partenaires financiers que sont la Sowecsom et Credal. Le 21 décembre 2018 la coopérative est enfin devenue propriétaire du bâtiment.

LES TRAVAUX ET LA PREPARATION DE L'OUVERTURE

Les travaux ont été divisés en différentes phases afin de pouvoir ouvrir le plus rapidement possible l’épicerie. Organiser des travaux au sein d’une coopérative est également une histoire de mobilisation. Ainsi de nouvelles personnes ont pu, grâce à leur bonne volonté et leurs compétences, contribuer au projet. Pour travailler dans le magasin, la coopérative compte, en bonne partie, sur le travail de ses coopérateurs. En effet, plus d’un tiers d’entre eux sont prêts à consacrer au minimum 3 heures de leur temps par mois pour travailler dans le magasin. Dans un premier temps deux emplois temps plein ont été créés pour encadrer les coopérateurs.

24.jpeg
CDV-26.jpg

DES DEBUTS AU - DELA DES ESPERANCES ET UN CAP MAINTENU MALGRE LA CRISE SANITAIRE

L’épicerie a très vite trouvé sa clientèle. Pour preuve, la coopérative a pu créer deux emplois supplémentaires pour gérer la charge de travail qui en découle. Quelques mois après le lancement, différentes activités autour du magasin ont pu être organisées, notamment des stages « do it yourself » ou encore un marché de Noël qui faisait la part belle aux artisans locaux. Fin 2019, la coopérative a également finalisé l’achat de l’étage au-dessus du magasin pour y développer le centre d’entreprises. L’année 2020 fut comme partout marquée par la crise sanitaire ce qui a quelque peu impacté la vie coopérative de notre structure. Fini les activités qui permettaient la rencontre entre les personnes, nos événements ont dû être postposés et notre assemblée générale a dû se tenir via une procédure « papier ». Malgré ce contexte difficile, la coopérative a poursuivi son petit bonhomme de chemin.

ET POUR LE FUTUR...

L’année 2021 marquera un nouveau tournant dans les activités de la coopérative. En effet, nous allons commencer la seconde phase des travaux. Ces aménagements permettront d’agrandir la surface commerciale de l’épicerie, la création de nouveaux bureaux et d’un vestiaire au rez-de-chaussée. A l’étage, notre centre d’entreprises comprendra 5 cellules qui seront louées à des entrepreneurs locaux (artisans, services) ainsi qu’une salle de réunion. Au second étage, nous souhaitons créer un appartement. Si vous souhaitez rejoindre l’aventure, n’hésitez pas, la coopérative est toujours à la recherche de nouveaux coopérateurs prêts à se mobiliser et il y en a pour tous les goûts !

pexels-andrea-piacquadio-3760529.jpeg